Février 2010 - Dans le train vers Paris Saint-Lazare

Le
joueur
de
guitare
de
la
ligne
de
Bécon
à Saint-Lazare
offre cinq minutes trente
de rêverie matinale aux forçats
déjà exténués dans cette galère
moderne ; les yeux fermés sur son
harmonica, il récite avec ferveur les
grands airs de Mozart, Beethoven
ou Verdi, arrangés à la mode
picaresque du western spaghetti.
A travers la buée des vitres,
les regards dans le vague
suivent le sacré coeur au loin
qui navigue               au fil des
porte- caténaires.        Dehors il gèle,
la SNCF tolère à bord de ses rames
ce bon parasite, et lui rend un peu de la
douce chaleur qu'il offre aux passagers
pour quelques instants
de paix.


©Photo Vincent Lelong - 2010

Archives actualités précédentes : Janvier 2005 - Mars 2005 - Juin 2005 - Octobre 2005 - Octobre 2006 - Septembre 2007
- Novembre 2009